21/12/2012

Citadelle de Namur et la Meuse

art,peinture à l'huile,batellerie

17:18 Écrit par Lemoine Pierre dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : art, peinture à l'huile, batellerie |  Facebook |

Commentaires

Pierre, j'emets le souhait pour 2013, de voir une exposition de tes peintures à Namur...


Elles sont magnifiques...
J'adore celle de l'ESMI!
Bravo pour cette dernière!
Excellente année 2013.

Écrit par : Alain Pascal | 26/12/2012

Bravo pour ces tableaux :) très belle réalisation.

Écrit par : Peinture décorative | 27/12/2012

Bonjour Pierre,

Très grand merci de ton passage chez moi. Je suis effectivement très actif en ce moment dans l'espoir que cela me permettra de mieux gérer le rapport risque/échecs.

J'adore l'atmosphère qui se dégage de tes peintures. On dirait que l'ensemble de tes oeuvres forme... un fleuve que l'on a envie de suivre pour visiter avec toi les coins et recoins de notre Belgique maritime. Tout cela au rythme du ronronnement imperturbable des moteurs de péniche...

A bientôt.
Egh

Écrit par : Egh | 30/12/2012

Bonjour Pierre,

Permets-moi de préciser ma pensée car je ne suis pas certain que la phrase était vraiment compréhensible. Gérer le rapport risque/echecs pour moi signifie MAXIMISER le risque tout en MINIMISANT le pourcentage d'échecs. Pourquoi ?

Je peux très bien effectuer des aquarelles qui seront 'réussies' dans tous les cas. Pour cela, il me suffira de peindre d'une manière photographique et le résultat n'aura aucun intérêt du point de vue du médium. Comme beaucoup de monde, j'ai fait cela par le passé et me suis rendu compte que cela menait à une impasse.

Je peux aussi jouer à fond le jeu de l'eau, des lavis et des effets (le risque pur donc). Dans ce cas, il se peut que le résultat ait de l'intérêt mais il ne satisfera pas mon objectif qui je situe, par décision personnelle, dans le figuration absolue (comme toi apparemment). J'aurai donc un très grand nombre d'échecs.

Mon problème, c'est que la peur de l'échec inhibe ma propention à prendre des risques. Or les risques sont indispensables pour arriver à la figuration absolue enrichie par l'exploitation du médium (la grande aquarelle). Ce que j'ai voulu dire, c'est que par la quantité, j'espère pouvoir diminiuer la peur de l'échec dans ma production marginale (en d'autres termes : arriver à se dire que ce n'est pas grave si c'est raté vu qu'on en fera une autre très vite après) et donc me pousser à prendre des risques gratifiants.

Ma position est que la maîtrise de l'aquarelle au delà de la technique devient éminemment psychologique et là, ça se corse terriblement...

J'aime moi-aussi beaucoup le potentiel des croutes mais tu sais, j'en ai fait tellement des croutes qu'il m'arrive d'aspirer à autre chose... Note que la technique consistant à ce qu'un peintre B 'récupère' le travail d'un peintre 'A' est effectivement très intéressante : un obstacle de taille cependant, l'égo du peintre A ; c'est ce qui ressort clairement de ton témoignage. Je suppose que nous ne serions pas des artistes si notre égo n'était pas démesuré :)

A bientôt.
Egh

Écrit par : Egh | 30/12/2012

Bonjour Pierre,

Une idée pour 2014...
A voir avec Jean-Luc DELABY 081/313946 0476/306813
Cycle d'expositions "Les Estivales"
dans les capitaineries des ports de plaisance de Namur (Jambes)
https://www.facebook.com/PortsPlaisanceNamur

Avec les cordiales salutations de l'éclusier plantois ;)

Alain.

Écrit par : Alain Pascal | 30/05/2013

Pierre, reçois mes pensées les plus douces en ces moments difficiles.
Je te souhaite un prompt rétablissement.

Amitiés,

Alain.

Écrit par : Alain Pascal | 30/05/2013

Un ami m'a parlé de ce site, j'aime le blog merveilleux et le travail de toile de design.The incroyable fait ici est un vrai travail d'un professionnel dans tous les sens et il faut noter que la peinture a transcendé toutes sortes de l'imagination humaine.

Écrit par : magnetix | 19/05/2014

Les commentaires sont fermés.